Marolles 66

Voici les Marolles photographiées il y a 40 ans  par Daniel Storz.

A l’instar de Jacques Brel, élu récemment  «le plus grand Belge de tous les temps », l’on pourrait dire que le quartier des Marolles est le village prolétaire, sis dans les tripes de Bruxelles, qui incarne le mieux  la truculente identité belge. Mais, depuis environ un demi –siècle, cette intrigante bourgade est  menacée par les bouleversements immobiliers et mercantiles de nos Temps Modernes.

Dès lors, elle a beaucoup perdu de son âme et cette inexorable érosion culmine avec l’arrivée récente des fameux « BOBOS » (Bourgeois Bohêmes), pas toujours bien compris par les Marolliens de souche. C’est cette détresse marollienne qui, dès 1966, a convaincu notre ami Daniel Storz, alors étudiant à l’Institut de Radio Cinéma (INRACI, confortablement installé dans un manoir forestois) de gaillardement s’aventurer dans cet îlot brusseleir, peuplé de classes dangereuses selon un mot cruel du 19ième siècle.

En sus de l’intérêt  sociologique évident, cette exposition permettra d’humer quelques bouffées de nostalgie bien bruxelloise, comme dans un album de bande dessinées… Le policier avec son casque blanc, les publicités aujourd’hui disparues ou alors oubliées au coin d’une rue ou d’un grenier ; ah ! ça par exemple qu’est devenu la blonde qui fume une VISA, à côté d’une bière Léopold ?
Bref, retrouvons-nous 40 ans plus tôt en compagnie de tante Jeanneke et de l’agent numéro 15.

 

 
ETONNANT REPORTAGE SUR LA PLUS BELGE DES COMMUNES A L’EPOQUE DES SWINGING SIXTIES.
— P. Félix Avril 2006
 
 

impressions réalisées chez APP Photolab et certifiées Digigraphies ®

 

Infos

tirages sur papier chiffon 308g. limités à 5 exemplaires


Edition

Editeur: CFC Editions

Editeur: CFC Editions


DVD


Contacts

Daniel Storz
+32(0) 495 277 152